Pour une culture du partenariat

[ad_1]

 Premier syndicat des personnels de l’enseignement privé, la Fep-CFDT a mis la réflexion autour d’une révision du contrat d’association au menu de son 38è Congrès qui s’est tenu du 24 au 27 avril à La Rochelle. L’occasion aussi de réélire son secrétaire général Bruno Lamour et de prioriser les chantiers à venir d’ici aux prochaines élections de la fonction publique en 2018.

Pascal Balmand, secrétaire général de l’enseignement catholique entouré de Grégory Adam, chef d’établissement de l’école saint-Joseph de Loudun (à gauche) et Jean Grellier, député et ancien maire de Cerizay (à droite), lors du débat sur le contrat d’association, animé par Francis Moreau, de la Fep.

« Agir, ne pas subir ». Ce mot d’ordre du 38è congrès de la Fep-CDFT, qui a réuni quelque 300 participants, du 24 au 27 avril 2017, à La Rochelle, a conduit l’organisation syndicale à engager une réflexion prospective sur la manière d’accompagner une éventuelle réactualisation du contrat d’association afin qu’il devienne un véritable outil de dialogue social. Au cours d’une table ronde consacrée à cette question, un chef d’établissement et un élu ont mis en évidence les difficultés financières de certaines écoles et les bénéfices des coopérations renforcées avec les collectivités tandis que Pascal Balmand, secrétaire général de l’enseignement catholique a exposé la perspective de combiner deux types de contrat : « D’une part, le cadre contractuel commun de l’association avec l’État, et d’autre part des partenariats de proximité qui permettent de prendre en compte les spécificités locales (…) Au delà de la dimension juridique, il s’agit aussi de diffuser une culture du pacte, de l’alliance à tous les échelons – établissement/associations, école/familles, chef d’établissement/équipes, profs/élèves…- qui vivifie une école catholique utile et utile à tous. »

Pour Bruno Lamour, secrétaire général réélu de la Fep-CFDT, une telle révision du contrat d’association, fondée sur le principe de réciprocité et de complémentarité, « paraît envisageable à condition de garantir la compatibilité du caractère propre avec les valeurs de la République dont la laïcité ainsi que de bien clarifier les droits et les devoirs des différents acteurs de l’enseignement privé : des enseignants jusqu’aux tutelles en passant par les chefs d’établissement, dont l’autonomie doit être encadrée tout comme leur nouvelle compétence en matière d’évaluation des enseignants. »

La culture partenariale fait en outre écho au réformisme de la FEP qui, malgré le revers des élections TPE, conserve sa première place en termes de représentativité des personnels de l’enseignement privé. Cette volonté de coopération a trouvé à s’exprimer depuis 2015 à travers un rapport rénové avec l’État employeur via la nouvelle instance de dialogue direct du CCMMEP dont des déclinaisons académiques restent encore à mettre en place.

Ces dernières années ont aussi vu les relations intersyndicales s’approfondir, comme en attestent la rédaction d’une pétition commune avec le Snec-CFTC et le Spelc, en faveur des suppléants ou encore le projet d’un appel commun au prochain gouvernement à ne pas revenir sur les réformes de la refondation.

Alors que 90% des orientations prises lors du Congrès de Bayonne de 2013 ont été accomplies (amélioration des fins de carrière, passerelles entre éducation nationale et enseignement agricole, représentativité auprès du MEN), la FEP, déjà dans la perspective des prochaines élections professionnelles des fonctions publiques de 2018, a priorisé certains chantiers : la multiplication des passerelles (entre le 1er et 2nd degré, et au sein de la fonction publique dans son ensemble), l’obtention d’un régime de retraite équitable et le développement d’un pôle ressources dédié à l’enseignement supérieur privé.

Pour l’heure, alors que les négociations sur la révision des classifications des personnels Ogec reprennent début mai, la FEP espère enfin récolter les avancées attendues lorsqu’elle a choisi, voilà deux ans, de signer une nouvelle convention collective.

Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT a fait le déplacement à La Rochelle pour reconnaître et valoriser l’ensemble du travail de la FEP en faveur des personnels de l’enseignement privé : «  C’est une manière de reconnaître l’importance de ce syndicat qui participe à placer la CFDT en tête des organisations syndicales du secteur privé et de manifester la pleine légitimité du dialogue social au sein de l’enseignement catholique qui a certes ses spécificités mais ne peut s’affranchir pour autant du droit commun. »

Cet article Pour une culture du partenariat est apparu en premier sur Enseignement Catholique.

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *