L’éclat du silence

[ad_1]

Obéissance, humilité et esprit de silence… le documentaire allemand Silentium célèbre la vie simple de moniales bénédictines, organisée par la « règle ». À contre-courant d’une époque effrénée ce film invite à la méditation et au recueillement.

 

Silentium, le documentaire de Sobo Swobodnik nous fait découvrir quatre bénédictines allemandes et un prêtre vivant dans les Alpes souabes dans le couvent de Habsthal. Leur quotidien est respectueux de la règle de saint-Benoît, rédigée au VIe siècle par Benoît de Nursie, qui organise la vie des moines/moniales et oriente leur spiritualité. La Règle décrit les vertus monastiques que sont l’obéissance, l’humilité et l’esprit de silence. Elle organise en détail la liturgie monastique, que saint Benoît appelle l’Opus Dei, l’œuvre de Dieu. Les journées des moniales s’apparentent à la formule « ora et labora » (« prie et travaille ») bien que cette dernière ne figure pas sous cette forme dans la Règle de saint Benoît. Cependant elle fait écho à certaines prescriptions édictées dans la Règle : « L’oisiveté est ennemie de l’âme, c’est pourquoi, à certaines heures, les frères doivent s’occuper au travail des mains et à certaines autres à la lectio divina. »

Le documentaire du cinéaste allemand montre bien la vie de ces religieuses rythmée par des temps de prière, la célébration de l’eucharistie et les activités quotidiennes : travaux de couture, préparation des repas, lectures et jeux de société, gestion des chambres d’hôtes dans le couvent, visite du couvent.

Silentium a pour principal intérêt de nous montrer les instants les plus quotidiens de la vie des moniales, les rapports entre la spiritualité de l’harmonie monacale et le monde séculier. Une tension très bien illustrée aussi à travers les quelques -trop ?- rares propos des moniales elle-mêmes.
Les images, particulièrement soignées, sont aussi éloquentes. Par plans fixes ou caméra à l’épaule, jouant sur la mise au point, les lumières et les ombres, l’ancien et le moderne, le sacré et le profane, Sobo Swobodnik nous fait pénétrer dans ce havre de paix, de prière et de recueillement

Dans le dossier de presse, le réalisateur écrit : « Chez les Bénédictines, dans le Habsthal, j’ai eu l’impression d’une vie décélérée qui semblait être peu en accord avec ma vie quotidienne marquée par l’agitation continuelle. Celle-ci me semblait être une île lointaine, reposant en elle-même, au milieu d’un océan mugissant. Mais c’était surtout cette forme de vie clairement structurée, ce projet de vie radical, marqué par la renonciation, la prière, la foi inébranlable et la réduction à ce qui leur est essentiel qui m’a fasciné chez les moniales. À tout cela s’ajoutait encore un calme indescriptible qui menaçait d’ébranler mes idées figées à propos de la vie monacale et de me faire perdre tout mon calme. Pour retrouver ce calme, je me suis retiré dans ce couvent, « armé » d’une caméra et de quelques microphones. »

Allemagne : 2015
Réalisation- Scénario : Sobo Swobodnik 
Acteurs : Prius Agreiter, Kornelia Kreidler, Walburga Wolf
Genre :
documentaire
En salle depuis le 1er novembre 2017

Cet article L’éclat du silence est apparu en premier sur Enseignement Catholique.

[ad_2]

Source link